Discours du Roi à l'occasion de la Fête Nationale - 21 juillet 2012

Discours du Roi à l'occasion de la Fête Nationale - 21 juillet 2012

Discours de S.M. le Roi

à l'occasion de la Fête Nationale

Bruxelles, le 21 juillet 2012

 

 

Mesdames et Messieurs,            

Je voudrais d'abord dire à nouveau aux familles des enfants disparus lors de l'accident d'autocar en Suisse, et à toutes les familles qui ont perdu un enfant, combien le pays continue à penser à elles. Pour la Reine et pour moi, les visages des enfants disparus, le courage et la dignité de leurs proches resteront longtemps encore gravés dans notre mémoire.

Mesdames et Messieurs,

Il y a tout juste un an, je vous faisais part, avec conviction, de mes graves préoccupations à la suite du blocage politique persistant. Je mettais les responsables politiques et tous les citoyens en garde contre les dangers d'une telle situation.

Je me réjouis aujourd'hui des accords intervenus sur les plans communautaire, social, économique et financier. Des solutions ont été apportées sur le plan institutionnel. Elles donnent aux différentes entités du pays davantage d'autonomie et de responsabilités. De plus, BHV, un problème qui empoisonnait depuis longtemps notre vie politique, a finalement pu être résolu.

En même temps, un programme budgétaire rigoureux fut élaboré, malgré un contexte international très difficile. En outre, des mesures structurelles sont définies pour faire face au vieillissement de la population et des décisions ont été prises pour favoriser la croissance. L'on peut déjà constater les résultats encourageants de ces politiques aussi bien pour l'emploi que pour la croissance lorsqu'on les compare aux moyennes européennes.

Tout ceci est très positif et doit nous donner confiance et nous inciter à poursuivre résolument le travail engagé, tant dans le domaine institutionnel que socio-économique.

Grâce à ces accords et à ces réformes, notre pays a regagné sa crédibilité internationale et il peut à nouveau reprendre son rôle de pionnier sur le plan européen. J'ai pu constater que cela était attendu et apprécié lors de mes différentes rencontres avec les responsables du Parlement européen, de la Commission et de la Présidence du conseil.

Cette crédibilité retrouvée nous permet de plaider pour qu'en Europe, à côté de la nécessaire rigueur budgétaire, on développe  une politique de croissance. Il faut donner des perspectives, des emplois durables et de l'espoir aux jeunes. Pour y parvenir,  nous aurons besoin de plus d'Europe et de plus de solidarité. Notre pays en montre le chemin en développant une stratégie de relance dans laquelle partenaires sociaux et Régions et Communautés sont associés.

Chez nous, la prochaine étape dans le domaine institutionnel est celle des transferts de compétences et de la loi de financement.

Après avoir fait évoluer nos institutions vers une Belgique plus fédérale, veillons à présent à mettre toutes ces réformes en œuvre, sans nostalgie et de façon efficace. Cela donnera plus de stabilité à notre pays et demandera à chaque responsable un effort considérable, le but étant de mieux servir nos concitoyens.

Enfin, et je l'ai également souligné l'an passé, faisons évoluer nos mentalités vers une plus grande ouverture aux cultures des Communautés de notre pays et des différentes nations européennes. C'est par une meilleure compréhension de l'autre que nous construirons au mieux l'unité dans la diversité, tant au sein de notre pays qu'au sein de l'Europe. Je me réjouis des nombreuses initiatives prises chez nous dans ce sens par des jeunes, par des mouvements de citoyens,  par le monde culturel, et par le Fonds Prince Philippe, qui tous accomplissent un excellent travail. J'espère que ces projets pourront s'amplifier et encourager ainsi le « vivre ensemble ».

Par ailleurs, je voudrais vous partager combien je suis émerveillé par les nombreux talents de nos concitoyens. Ils s'expriment dans des domaines aussi différents que la recherche scientifique, la création culturelle, l'activité économique, l'engagement social, l'action humanitaire, la compétition sportive, et bien d'autres encore. J'ai pu me rendre compte personnellement de quelques réalisations impressionnantes dans ces divers secteurs et j'ai pu, récemment encore, honorer plusieurs personnes qui développent leurs talents de manière exemplaire.

Comme Belges, tout cela raffermira notre confiance en nous-mêmes, et en notre capacité à trouver des solutions concrètes aux problèmes de notre société. Cela nous encouragera aussi à éviter le repli sur soi et le populisme. Deux tendances dont on trouve trop de manifestations aujourd'hui en Europe comme chez nous, et qui ne mènent à rien.

Il nous faut poursuivre ensemble l'indispensable travail du bien commun tant sur le plan national qu'Européen.

Une franche ouverture d'esprit et une réelle disposition constructive sont ce que la Reine et moi, et toute notre famille, nous vous souhaitons de tout cœur à l'occasion de notre Fête Nationale. 

Diese unbefangene geistige Aufgeschlossenheit und diese tatsächlich konstruktive Einstellung sind, was die Königin und ich sowie unsere ganze Familie Ihnen von ganzem Herzen anlässlich unseres Nationalfeiertages wünschen.