Lancement du site web de l'Agence pour le Commerce Extérieur

  • 21/09/2010
Voir aussi :

Mesdames et Messieurs,  

Autour de la table, je vois réunie une impressionnante expertise en matière d'économie et d'exportation. J'apprécie beaucoup l'opportunité de cet échange de vues sur notre commerce extérieur.

Exporter est un état d'esprit.

L'exportation est une culture et signifie, également, rencontre entre les cultures.

C'est aussi une technique qu'on peut apprendre et qu'il faut sans cesse perfectionner.

Exporter requiert également une forme de confiance en soi et même de fierté : nous présentons à des clients partout dans le monde le résultat de notre savoir et de notre savoir-faire.

C'est le propre des audacieux, d'entrepreneurs prêts à découvrir et à conquérir des marchés nouveaux et lointains.

Le contact avec de nouveaux marchés résulte souvent dans une rencontre d'idées qui génère de la créativité.
Pour obtenir des résultats, nous devons bien cerner le profil de nos partenaires potentiels, ce qui les anime, ce qu'ils tiennent pour important.

Nous devons nous intéresser à l'autre, et faire preuve de respect pour leur approche du monde.

Mieux informés au sujet des défis qu'ils affrontent et des solutions qu'ils apportent, nous pourrons améliorer nos propres méthodes de production et nos efforts d'innovation.

L'exportation se pratique aujourd'hui dans un monde où la globalisation prend sans cesse de l'ampleur et est devenue un facteur permanent.

Ceux des exportateurs qui sauront allier capacité compétitive et ouverture à la coopération internationale, ont tous les atouts en main pour réussir dans ce contexte globalisé.

L'économie mondiale présente un contexte difficile et incertain. L'économie européenne souffre.

Dans ces conditions, faire du commerce et apprivoiser de nouveaux marchés revêt une importance tout à fait cruciale.

Nous savons à quel point notre pays est dépendant des liens commerciaux avec l'étranger.

Il s'agit là, tout simplement, d'un apport vital pour notre économie et notre prospérité. 

Je suis très heureux et fier qu'avec nos missions, nous pouvons contribuer au développement de notre économie, à la création d'emplois, à davantage d'innovation et donc à la prospérité de nos citoyens.

Ces dernières années, nos missions ont évolué à plusieurs égards:  

  • Je tiens tout d'abord à saluer la coopération entre tous les acteurs, le secteur privé, les Régions, l'autorité fédérale.
    Je me réjouis de cette coopération qui se concrétise de façon particulière ici dans l'Agence et est reflétée également dans nos missions.
    Nous collaborons très bien ensemble, et avec pragmatisme et efficacité nous œuvrons en faveur de l'intérêt de nos entreprises et de nos citoyens.
    Je tiens à vous remercier, tous, pour votre contribution à ce résultat.
  • Nous avons aussi fait preuve d'innovation au sein même des missions :
  • L'orientation vers les marchés émergents et les secteurs de croissance a pris une place importante, et se focalise notamment sur les pays BRIC et les Global Challengers;
  • Nous avons affiné la formule des missions:
  • A côté des contacts traditionnels avec les Ministres ou les fédérations d'entreprises, nous avons élargi le mix en approchant désormais les grandes municipalités, d'importants groupes privés étrangers à fort potentiel de croissance, des instituts de recherche et même le secteur financier.
  • Nous avons aussi rendu les missions plus flexibles, en offrant aux entrepreneurs, que ce soient des PME ou de grands groupes, toute une gamme d'atouts pour mieux se positionner, accroitre leur notoriété et renforcer leur réseau en leur donnant accès aux niveaux les plus influents.

Le succès des missions, qui se mesure dans le nombre de participants, la qualité des contacts locaux et les contrats ou MOUs conclus, se confirme ces dernières années.

Mais nous ne devons pas baisser les bras. 

Selon des études récentes, belges et internationales, si notre pays se situe toujours parmi les 10 plus grandes nations commerciales au monde, nous devons toutefois redoubler d'efforts dans des domaines comme la part de marché, la compétitivité, les orientations stratégiques et l'infrastructure.

Un autre domaine dans lequel nous pouvons encore mieux faire, me semble-t-il, est celui de la coopération, avec un de nos partenaires commerciaux privilégiés, sur des marchés tiers. Le Japon, par exemple, ainsi que le Brésil, sont intéressés à coopérer avec nous sur le marché africain. C'est aussi un effet de la globalisation.

Nous devons bien nous rendre compte du contexte global ultra-compétitif qui n'est pas le fait de l'Asie ou du Brésil uniquement, mais que nous rencontrons aussi plus près de nous, en Allemagne ou aux Pays-Bas par exemple.
En effet, nos voisins affichent d'excellents scores en matière de parts de marché, de l'effet produit et de productivité.

Il faut donc saisir toutes les occasions pour sensibiliser davantage nos entreprises, et l'opinion publique en général, sur le rôle vital que jouent les exportations pour notre prospérité future. Dans ce contexte, je me réjouis tout particulièrement du nouveau site web que l'Agence inaugure aujourd'hui.

L'Agence qui joue un rôle indispensable pour l'organisation des missions, renforce également ses tâches d'étude, de documentation et d'analyse des marchés.

Je salue les jeunes talents qui ont rejoint récemment l'équipe de l'Agence et qui aideront certainement à fournir aux entreprises et à toutes les autorités concernées un service optimal.

Continuons à unir nos forces au service de nos exportations et, donc, de notre prospérité.

Bravo et merci pour tout ce que vous faites.