Remise du Prix Belgodyssée

  • 19/12/2006
Voir aussi :
Theme:

Madame la Ministre,
Chers lauréats de Belgodyssée 2006,
Chers invités,

Aujourd?hui se termine la deuxième édition de l?aventure Belgodyssée. La première partie de mon allocution portera sur ce beau projet et sur les lauréats eux-mêmes. Dans une seconde partie je voudrais parler plus en détail de ce qui constitue, pour moi, les fondements actuels et futurs des activités du Fonds qui porte mon nom.

Pour commencer, Belgodyssée est un concours ?presque ludique? avec de merveilleux gagnants. Mais j?y trouve bien d?autres caractéristiques. Je préfère parler d?une vraie ?aventure?. A la lecture de ces récits passionnants et des weblogs, ou en écoutant les reportages, ?aventure? est le seul qualificatif adéquat pour cette mission. On sent le stress de l?échéance imposée, l?incertitude devant l?inconnu, l?ambition de fournir un produit de qualité, la satisfaction devant le résultat obtenu. Les participants ont fait de la belle radio, où les mots deviennent image : le reporter claquant des dents à Helsinki, les sons de la saudade à Porto, l? ?or blanc? à Lommel, le silence à Denderwindeke, l?herboriste flamand qui produit de l?élixir, le barbecue à Oslo un 11 novembre, l?entraînement rigoureux de notre athlète Laurence Rase, ou encore Saint Nicolas en visite à ?.Sint-Niklaas.

Nous avons demandé à nos jeunes de constituer des duos mixtes linguistiquement : ils ont relevé ce défi avec beaucoup de fraîcheur et ce faisant, se sont renforcés mutuellement. Il en résulte une grande appréciation et, j?en suis certain, des amitiés pour la vie. Avec un sens de l?humour très fin, les lauréats ont évoqué pour les auditeurs de Radio 2 et de Vivacité, la réalité parfois complexe de notre pays. Grâce à ce projet, nos jeunes ont pu goûter au monde professionnel. De plus, Belgodyssée a de nouveau jeté des ponts entre les Communautés de notre pays, et ce tant au niveau des lauréats que des auditeurs de leurs émissions.

Un grand merci à tous les partenaires de ce projet. Par son apport spécifique, chacun d?entre vous a rendu possible la réalisation de cette seconde édition : votre soutien financier ou logistique, votre expérience professionnelle si précieuse pour nos jeunes tout au long de leur trajet, furent pour nos lauréats un encouragement magnifique.
Belgodyssée est tout jeune mais a déjà évolué : le ?format? a été adapté avec créativité, et le projet est mieux connu et plus visible, grâce notamment à divers sites web. On doit aussi se féliciter du fait que les reportages ont été repris, par les deux chaînes, dans des émissions d?information à grande écoute. Les reportages ont ainsi rompu les clichés et les slogans pour présenter une information correcte et nuancée sur ?l?autre?.

A vous, les jeunes, toutes mes félicitations pour avoir participé à cette aventure malgré la pression de vos études. Que vous ayez décidé ne fût-ce que de participer, montre votre sens de l?initiative et votre ambition. Vous osez franchir les frontières et vous lancer sur de nouvelles pistes. ?Mordu? et ?hyperambitieux?, voilà quelques termes utilisés qui montrent bien votre motivation. Mais il faut aussi vous féliciter pour votre disponibilité à vous ouvrir à l?autre, à l?inconnu. Je voudrais citer ici Nawelle El Khaldi : « De mère belge et de père marocain, ce mélange de cultures m?a donné l?envie d?en découvrir de nouvelles. La curiosité ne serait peut-être pas un si vilain défaut... ». Comme l?année passée, je distille de tous vos reportages les caractéristiques de nos compatriotes entreprenants, caractéristiques que je stimule lors de mes missions économiques : des hommes et des femmes qui oeuvrent ensemble à un projet de société positif qui les rend meilleurs et plus accomplis. Des jeunes adultes comme vous, sont bien préparés pour faire face à tous les défis que la société de demain leur présentera. Dans un blog, quelqu?un a émis l?espoir, ? et je cite - , « que le Prince sera fier de nous ». Sachez-le bien, je suis très fier de vous. Et vous, vous pouvez être très fiers de ce que vous avez accompli.

Je veux aussi inclure vos parents et vos proches dans cet hommage. Une des plus belles missions de la vie, c?est d?accompagner nos enfants dans leur développement pour qu?ils deviennent de belles personnalités. Cela ne peut se faire sans un cadre et sans les encouragements quotidiens que les parents offrent. Merci à vous, les parents, d?avoir formé ces jeunes à tant d?ouverture et d?enthousiasme. Mon épouse la Princesse Mathilde partage mon souci pour le développement des enfants vers le jeune âge adulte, et c?est un domaine auquel le Fonds Princesse Mathilde s?intéressera de près dans les années à venir.

Mesdames et Messieurs,

Nous voici arrivés au deuxième sujet que je voulais évoquer avec vous aujourd?hui : le Fonds qui porte mon nom. Quoiqu?encore modeste, il veut néanmoins apporter une contribution efficace à la construction de la société de demain. Comment? Avec beaucoup de créativité, le Fonds stimule des gens à se rencontrer et à mieux se connaître. Il met en contact des langues et des cultures différentes. Il ne connaît pas de frontières. Les projets soutenus par le Fonds, touchent à l?essence de notre ?vivre? ?ensemble?. Belgodyssée par exemple, donne des chances à des jeunes qui plus tard, en tant que professionnels des média, devront avec un grand sens de la responsabilité, apprendre à manier l?information et l?opinion. Le Fonds a comme fil rouge l?encouragement de tous ceux qui sont motivés à construire la société de demain et à susciter des rencontres créatives. Je suis ravi de constater que le site web permet à des dizaines de milliers de gens de découvrir le Fonds et sa vision. Je voudrais en parler plus en détail pendant quelques moments.

Pour commencer, j?ai la conviction absolue que l?action du Fonds permet d? « enrichir » la société. La diversité qui existe au sein de notre pays est une des meilleures bases de cet enrichissement. Le Fonds donne des opportunités aux gens pour se familiariser avec cette diversité. Ceux qui dans une telle société se développent en pratiquant l?ouverture, en deviennent des personnes plus accomplies. De telles personnes ont plusieurs facettes. J?aime bien citer dans ce contexte l?exemple du multilinguisme. Le Roi y a fait référence pendant son discours du 21 juillet dernier. Apprendre plusieurs langues dès le plus jeune âge, facilite non seulement le multilinguisme mais rend aussi plus intelligent, au sens le plus large du terme. Il faut évidemment stimuler le désir de parler plusieurs langues. Et c?est précisément par le contact avec d?autres Communautés, d?autres cultures, des gens d?horizons différents, que des jeunes seront motivés à apprendre leur langue. Il est donc essentiel de se rencontrer. Le Fonds y joue un rôle important, et vous, les jeunes, vous avez saisi cette chance. Je situe cet axe sur un premier niveau, le niveau de l?efficacité: important pour notre économie, notre prospérité, notre bien-être.

Deuxièmement, nous construisons ainsi le fédéralisme dans le vrai sens du mot. Le fédéralisme, comme un vecteur d?accomplissement et de développement de l?individu. Chacun peut développer sa propre identité, sans devoir pour autant se replier sur soi. Celui qui pense qu?il doit se replier sur soi et se renfermer dans son microcosme, finit par payer de sa liberté. Or pour moi, le fédéralisme a pour effet de donner plus de liberté, en ouvrant, que d?en enlever en fermant. Mais ce fédéralisme, comme vecteur d?épanouissement individuel, n?est possible que si on le fait vivre. En créant par l?action du Fonds des ponts entre nos communautés, il peut réellement fonctionner et donner sa pleine mesure.
Le respect est un troisième axe. Parlons-en, mais surtout: pratiquons-le. Le respect comme résultat d?un processus de connaître et de reconnaître. C?est ce que le Fonds essaie de faire jour après jour, en stimulant la rencontre comme point de départ de ce processus. Tous les témoignages de jeunes qui ont participé à Belgodyssée, mais aussi à Erasmus Belgica ou à d?autres projets, parlent d?eux-mêmes. Ainsi, nous pratiquons ce que Hannah Arendt, en faisant référence aux Grecs, appelle ?Filia Politica?, une attitude de bienveillance entre citoyens, sans laquelle il est impossible de construire une société harmonieuse basée sur le respect. Et sans ce respect, la solidarité reste un principe creux.

Il faut beaucoup d?ambition, au sein du Fonds et dans la société, pour traduire ces fondements dans la réalité de tous les jours. Vous, les jeunes, avez fait preuve d?ambition. Vous êtes donc les vecteurs idéaux de cette vision de société. Gardez votre belle ambition, faites-la fructifier, car sans ambition point d?innovation ni de créativité.

Avant même que le jury ne commence à sélectionner les gagnants, un témoignage m?avait beaucoup frappé. Je voudrais terminer en vous lisant un petit extrait (en traduction) :
« Comment cela se fait-il que la vie en Wallonie se déroule si loin de nous alors qu?elle ne se trouve qu?à un jet de pierre de la Flandre? Il me faut plus de temps pour aller à l?école qu?il ne m?en fallait pour regagner, ce jour-là, la ?Wallonie lointaine?. Est-ce la faute à la barrière linguistique ? Mais non, car elle ne constituait aucun obstacle pour cette belle rencontre à Péruwelz. Les gens si chouettes de La Poudrière. Ils m?ont donné à manger, ils ont chanté pour moi, ils ont posé pour une photo et ils se sont tourné sept fois la langue afin de me parler en Néerlandais. Ils étaient fan-tas-ti-ques. J?y ai pris du plaisir parce que je sentais qu?ils y trouvaient du plaisir aussi. Peut-être qu?on veut entendre de nous, finalistes de Belgodyssée, combien tout était compliqué et difficile mais? tout allait de soi. Et j?en garde des souvenirs très chaleureux. » Fin de citation.

A vous tous, et à tous ceux qui vous sont chers, je souhaite une bonne fin d?année dans la paix, et beaucoup de beaux défis pour 2007. Je vous remercie pour votre attention.