Prix Princesse Mathilde 2004

  • 06/12/2004
Voir aussi :
Theme:

Mesdames et messieurs,

?Les femmes au coeur de la société multiculturelle?, tel est le thème qui a été retenu cette année pour le Prix annuel du Fonds qui porte mon nom. Il s?agit d?un sujet d?actualité et très intéressant qui recouvre un large éventail d?initiatives susceptibles d?obtenir le Prix. Et cette année encore, le nombre de projets introduits était à nouveau important.

Je n?ai pas l?intention de faire un exposé exhaustif sur les deux grands volets du titre, à savoir la définition des femmes d?une part, et du multiculturalisme d?autre part. Je voudrais me limiter à quelques considérations sur le rôle et la place de la femme dans le monde multiculturel qui est le nôtre, et qui est renforcé par une mondialisation croissante.

Mesdames et Messieurs,

Les femmes ont en elles une grande force, dont elles ne sont malheureusement pas toujours conscientes. Par leur savoir, leurs capacités et leur expérience, elles contribuent considérablement à l?émergence d?une société plurielle et multiculturelle qui devra mettre fin aux stéréotypes qui trop souvent stigmatisent encore les femmes. La diversité croissante, que l?on constate dans notre pays comme partout ailleurs, ainsi que la différence des situations dans lesquelles on retrouve les femmes, constituent un véritable défi. La diversité des opinions et des comportements, des souhaits et des besoins, des idées et des réalités, des religions et des cultures doit amener à accroître le respect dû à la position de la femme dans un monde multiculturel. Pareille société implique la reconnaissance de droits fondamentaux inviolables, comme l?égalité, la liberté et la tolérance... Le Rapport sur le Développement humain publié par les Nations Unies en 2004 va même plus loin : il rappelle que ces principes ne sont aucunement négociables et que la limite qui ne peut jamais être franchie est celle au delà de laquelle l?humiliation l?emporte sur le respect dû à la dignité humaine.

Les traditions et pratiques qui traitent la femme comme un être inférieur doivent être rejetées, quel que soit le lieu ou le moment où elles se constatent. Je songe particulièrement à ce qu?on appelle le crime d?honneur, ou encore à l?excision, à la violence commise contre les femmes, en ce compris la violence conjugale qui survient encore trop souvent, même dans notre pays.

Il ne peut être question d?attenter à l?universalité des droits fondamentaux de la femme. Ceci n?empêche pas l?acceptation des différences, car celles-ci donnent l?occasion de coopérer et d?apprendre les uns des autres. C?est pour cela que je plaide pour promouvoir une communication de nature à prévenir bien des malentendus. Il est vrai que ce n?est qu?au prix de réels efforts et de parfois bien du courage que l?on parvient à instaurer un dialogue qui porte sur les vrais sujets sans se faire blessant pour quiconque. L?esprit d?une société ouverte réclame par conséquent de faire preuve de réalisme et, parfois même, de relativisme. L?idéal reste en effet fort éloigné de la réalité sociale, dans laquelle les femmes doivent souvent franchir un seuil considérable pour pouvoir exercer pleinement leurs rôles d?épouse, de pivot de la vie familiale, d?acteur économique ou même, tout simplement, de femme.

L?éducation est le meilleur investissement pour résoudre ces problèmes et conflits. Un enseignement de base de qualité est la clé qui ouvre beaucoup de portes. Je songe ici tant à notre pays qu?à l?étranger. C?est la raison pour laquelle je soutiens la campagne de l?UNICEF ?l?école, mon droit!?, afin de promouvoir l?éducation, et particulièrement celle des filles. Car une fois adultes, elles pourront à leur tour mieux s?occuper de leur famille, et transmettre à leurs enfants les connaissances et l?expérience qu?elles ont acquises . Lors de ma mission au Niger au début de cette année, j?ai pu personnellement constater combien l?éducation est un facteur déterminant pour les femmes. Celle-ci leur permet de prendre leur propre vie en main. De là découle également mon engagement pour la microfinance qui donne les moyens de participer activement au marché du travail, et ce particulièrement au bénéfice des femmes. De cette manière, elles peuvent soutenir efficacement leur famille, améliorer leur santé et mener une existence indépendante. J?appuie entièrement l?idée de « l?enseignement et de l?éducation comme leviers pour une vie meilleure !?

Mesdames et Messieurs,

C?est en suivant le fil de cette idée que je me réjouis de voir que le projet qui remporte le prix est un projet belge qui s?attache aux femmes peu scolarisées, qu?elles soient Belges d?origine ou issues de l?immigration, et quelle que soit la région du pays où elles résident. L?asbl FLORA - organisation qui regroupe 20 partenaires permanents ? a introduit un projet social et artistique aux multiples facettes qui donne la parole aux femmes de façon interactive, qui leur donne un visage et qui défend leur droit à la dignité. C?est de tout c?ur que je félicite le lauréat, d?abord et avant tout pour avoir fait le choix d?une approche positive afin d?aider les femmes à sortir de leur isolement et en vue de promouvoir leurs droits. Il s?agit d?une initiative qui est encore en plein développement, et qui pourra compter, si besoin en est, sur le soutien du comité de direction du Fonds et sur son expérience en la matière pour l?aider dans la réalisation de ses objectifs. J?exprime également mes remerciements aux membres du jury pour les délibérations menées sous la présidence avisée du professeur Marie-Claire Foblets. Et à nouveau, j?adresse mes v?ux de réussite à l?asbl FLORA !

Mesdames et Messieurs,

A en juger par les nombreux projets introduits, l?on constate qu?il existe en Belgique beaucoup d?engagement en faveur d?une prise de conscience accrue du rôle de la femme dans la société multiculturelle. A la fin du mois d?octobre 2004, la première table ronde réunie par le Fonds a démontré que la vie associative en Belgique collabore activement à la réalisation de cet objectif. Les représentants du tissu associatif s?y sont réunis une première fois pour un échange particulièrement riche et fructueux. Les différentes associations ont pu développer, librement, le rôle qui était le leur, leurs expériences positives et leurs souhaits pour l?avenir. Devant la richesse des questions évoquées, il a été convenu de tenir une seconde table ronde qui s?attachera à formuler des recommandations sur le thème de la diversité culturelle comme source d?enrichissement mutuel.

Mesdames et messieurs,

Les femmes sont généralement encore trop peu impliquées dans les aspects de la vie quotidienne qui les concernent directement et qui déterminent l?avenir de la société en général. Chez nous, des efforts considérables de rattrapage ont été faits, mais cela n?est pas toujours le cas dans d?autres régions du monde. Une éducation de qualité est cruciale afin de combler ce fossé. La diversité multiculturelle croissante et les positions divergentes des femmes au coeur de celle-ci constituent aujourd?hui un vrai défi pour nous tous.

Dans ce contexte, je souhaite citer quelques phrases que mon époux a prononcées lors de la Conférence de l?Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe en septembre dernier. Je cite : ...We should do more in the area of education. We should teach young people to widen their perspective, to become more interested in other cultures (...). We should commit ourselves to an attitude of active respect for the dignity of the other....Fin de citation.
Davantage de respect et de dignité par le biais d?un dialogue positif contribueront en outre à une société plus harmonieuse, plus tolérante et plus paisible.
Le lauréat du Prix 2004 stimule à sa façon la réalisation de ces objectifs. J?encourage l?asbl FLORA à poursuivre le chemin choisi et à continuer d?attirer l?attention sur les femmes moins privilégiées.
Encore une fois, mes félicitations!

Je vous remercie de votre attention