Lancement de l'Année Internationale du Microcrédit

  • 18/11/2004
Voir aussi :
Theme:

Monsieur le Président,
Monsieur l?Administrateur du PNUD,
Mesdames, Messieurs, Chers Délégués,

Je suis ravie d?être parmi vous aujourd?hui pour l?inauguration de l?Année internationale du micro-crédit. Comme membre du Groupe des Emissaires, je suis heureuse de pouvoir soutenir une initiative aussi dynamique et ambitieuse. J?adhère pleinement à notre objectif principal, qui est de soutenir ceux qui, à travers le monde entier, souhaitent emprunter des sommes modestes pour démarrer leur propre entreprise, et ce malgré leurs très faibles revenus. Je suis impatiente de contribuer à cette Année internationale, et ma première activité dans ce cadre aura lieu dès la semaine prochaine en Chine, où j?aurai l?occasion de rendre visite à des bénéficiaires de micro-crédits et de parler de ce sujet devant des auditoires universitaires.

La micro-finance est l?un des instruments les plus puissants dans la lutte contre la pauvreté. Les micro-crédits augmentent le patrimoine et les revenus des ménages modestes et aident ceux-ci à faire face aux besoins essentiels. Il en résulte une amélioration substantielle des conditions de logement, des soins de santé et de l?éducation apportée aux enfants. La micro-finance encourage les femmes à participer davantage à la vie économique, et contribue également à la promotion de l?égalité des sexes au sein des familles. Enfin, la micro-finance apparaît comme cruciale pour la réalisation des objectifs de développement fixés à l?aube du millénaire, et tout spécialement l?objectif de réduire de moitié, d?ici 2015, le nombre de personnes vivant dans une pauvreté extrême.

Malgré les perspectives qu?ils peuvent offrir, les services financiers sont pourtant encore refusés à la grande majorité de la population des pays en développement. Il faudra saisir l?occasion offerte par cette Année internationale pour répondre à une question de fond : Pourquoi persiste-t-on à considérer aujourd?hui encore que les personnes à revenu modeste ne sont pas dignes de crédit ? Ceux qui ont peu de moyens ne souhaitent pourtant pas vivre de la charité, mais veulent au contraire pouvoir saisir des opportunités. Beaucoup d?entre eux travaillent à l?arrachée. Les micro-entrepreneurs constituent le segment le plus énergique des sociétés en développement et produisent un effet dynamisant sur l?ensemble de la population. La preuve est apportée depuis longtemps que lorsqu?elles ont un accès aux services financiers, ces personnes créent leurs entreprises, remboursent leurs emprunts, épargnent de l?argent et offrent de meilleures conditions de vie à leurs familles et, particulièrement, à leurs enfants.

Si nous encourageons l?esprit d?entreprise au sein des populations en développement, nous franchissons une étape cruciale dans l?éradication de la pauvreté. Notre devoir est de réduire les obstacles qui empêchent la participation de ces populations à la vie économique et financière. Avec l?aide de vous tous dans cette salle, nous saisirons l?occasion offerte par l?Année internationale du micro-crédit pour promouvoir des instruments financiers d?inclusion qui permettront aux micro-entrepreneurs de se révéler économiquement et, par dessus tout, de s?épanouir humainement.

L?Année internationale qui s?ouvre sera capitale pour promouvoir le concept du micro-crédit. Mais nous savons déjà que notre engagement devra se poursuivre au delà de l?année 2005. Car seul un effort inscrit dans la durée produira un résultat durable. C?est un objectif pour lequel je suis, avec vous, déterminée à ?uvrer et à m?engager.

Je vous remercie.